Montreal bonsai Bazaar – Bazar de bonsai Montréal

It’s been a busy summer, what with work, personal life and this up coming bazaar.

The society of bonsai and penjing of Montreal has been having a bazaar (garage sale of sorts) every year since before I joined. And its reputation, concerning quality is not very inspiring. A couple of friends and myself would like to change this and make it an event where people know they can find quality items that are hard to come by.

I am proud to announce that we have managed to make sure there is going to be a lot of good bonsai related items on sale making it worth a trip to Montreal even if you live in the Toronto area or Ottawa. Basically there will be something for beginners and veteran bonsai artists alike.

Don’t forget that the societies store will be open with tools and quality tokoname pots (9 am-1pm).

Opening hours will be SATURDAY aug 23rd: 9h- 12h

Some pictures will follow, but sadly we all know that pictures don’t do justice to bonsai.

Here is a list of items:

Books:

  • Kokufu-ten # 49
  • The Kenichi Oguchi kakuryuan bonsai collection (collectors item)
  • Bonsai from the wild
  • Pines and Junipers (2 books from Stone Lantern editions)
  • A bunch of Esprit Bonsai french magazines
  • Boutique penjing appreciation
  • And a maple book by the late Peter Adams

Pots:

  • Tokoname ware (New and used)
  • Sara Rayner
  • Serge Robert pottery
  • Marco Savard
  • Collectors Yixing wear
  • Intermediate Yixing and Japanese pots
  • At least one marble slab for making Penjing

 

Trees:

  • Plants
  • Pre-bonsai
  • Bonsai
  • Established Yamadori (ready to style)
  • Companion plants

Miscellaneous:

  • Used tools
  • Possibility of having Copper wire (awaiting confirmation)
  • Possibility of having Jiitas for sale like last year
  • Kakejiku (hanging scroll)

 

__________________________________________

 

 

Ce fut un été très occupé, avec le travail, la vie personnelle et le bazar à venir.

La Société de bonsaï et de penjing de Montréal tient un bazar (une sorte de vente de garage) chaque année depuis longtemps. La réputation de celui-ci n’est pas très inspirante pour ceux qui désirent se procurer des items de qualité. Quelqu’uns de mes amis et moi aimerions rendre cet événement plus attirant au niveau de sa qualité et de sa diversité.

Je suis fier d’annoncer que nous avons réussi à trouver assez de matériel pour justifier un déplacement de longue distance, même si vous vivez à Toronto ou Québec. Il y aura quelque chose pour le débutant et l’artiste plus expérimenté.

N’oubliez pas que le magasin de la SBPM est aussi ouvert de 9h-13h au sous-sol du pavillon japonais.

Le Bazar se tiendra le 23 aout, au stationnement de l’insetarium, de 9h-12h.

Quelques photos suivront, malheureusement nous savons tous que les photos ne rendent pas justice aux arbres.

Voici une liste d’éléments:

Livres:

  • Kokufu-ten # 49
  • Le Oguchi kakuryuan bonsaï collection (article de collectionneur)
  • Bonsai from the wild (Nick Lenz – éditions Stone lantern)
  • Pines ou Junipers (2 livres des éditions Stone lantern)
  • Esprit bonsaï (Une sélection de magazine français)
  • Boutique penjing appréciation
  • Maple bonsaï (Peter Adams)

Pots:

  • Tokoname (neufs et usagés)
  • Yixing étampé
  • Sara Rayner
  • Serge Robert pottery (more then 40 pots)
  • Marco Savard
  • Intermédiaires Yixing  et japonais
  • Au moins une plaque de marbre pour faire un penjing

Arbres:

  • Plantes
  • Pré-bonsaï
  • Bonsai
  • Yamadori établi (prêt à styliser)
  • Plantes compagnes

Divers:

  • Des outils d’occasion
  • Possibilité d’avoir un vendeur de fils de cuivre (en attente de confirmation)
  • Possibilité d’avoir un vendeur Jiitas à vendre comme l’an dernier
  • Kakejiku (peinture montée sur rouleau)
Advertisements

What to do with an overgrown Shuihan penjing – Que faire avec un penjing Shuihan qui déborde de ses frontières

"Where two rivers meet, the current becomes stronger!"- Shuihan penjing

Shuihan penjing incarnating good Yijing. Shown at the Guangzhou penjing association exposition – Penjing Shuihan incarnant un bon Yijing. À l’exposition de la Société de penjing de Guangzhou.

This post’s inspiration came from last post’s mentioning of Yijing. This Shuihan penjing represents, via it’s Yijing, the cooperation between Canada and China through my apprenticeship in China. It’s name is : “Where two rivers meet, the current becomes stronger!” This represents the training that Ng Shing gave me, and the exposure I am giving penjing in Montreal and/or the western society via this blog. For Ng Shing and I, this mutual aid helps promote penjing and China as well.

The trees are maple, which obviously represent Canada (to anyone who is not Canadian haha), and the fisherman is Chinese, guess who that represents. With the way the rocks are laid out, it is easy to imagine that this area is an intersection of some sorts for two water ways. M. Ng Shing had this in thought the whole time. He also entered this tree at the Guangzhou penjing society’s annual exposition with his name as owner, and mine as creator. It won a second place. The composition is of very high quality, but the trees were still too immature (they lacked the fine ramification an old penjing has) to deserve a gold. This was a fantastic lesson on Yijing. By the way, when I say second place, I am fully aware that in China many first prizes, second prizes and third prizes are awarded at a same exposition.

When a penjing is created, you have a vision of what you want it to become, and as years go by, your tastes evolve, fashion changes and plants grow. In this article, I will explain what can be done with a Shuihan penjing (also known as Water and Land penjing) that has overgrown it’s original design.

This is how we went about it:

This penjing was made with some “leftovers” at Tracy garden. I guess we could also call this article “pimp my penjing”. We took an old busted Shuhain penjing that we tore apart, improved and put back together.  We kept what was good, like the stones and the tree.  We chose a new and larger marble slab. I then picked another trident maple to add to the composition. And lastly, a small Chinese mud man was added by M. Ng Shing-fat right before the exhibition.

I apologize for not taking a “before” picture. I had just arrived at Tracy garden and I did not know if I was encouraged to take pictures or if I was expected to be working 110% of the time.

  1. The first step was to “unpot” the original tree and keep as many stones as possible.
  2. A slightly bigger marble slab/pot was chosen.
  3. We placed the original stones on the new slab, as close to where they were on the old Shuihan. Then we did some tweaking to fit today’s taste. Back in the days, when Zhao Qing Quan printed “Penjing worlds of wonderment”, the Shuhain fashion dictated that the shoreline be a solid wall of stones, as to separate water on the marble and the soil mass. The present fashion in China is to take a few rocks out of the shoreline and let the potting soil (shore line) touch the white coloured marble (water). Some artists actually put so few stones that cementing is no longer necessary as the shoreline is almost only soil. There is an example of the old style vs the new farther below.
  4. The original tree (the one on the right) was alone and not very great by itself. I chose a second tree (also not very good on its own) to add to the composition. Together, they are more dynamic and give a real feeling of wilderness.
  5. We prepositioned the trees in the pot to have an idea of the layout before committing ourselves.
  6. We then committed ourselves by intertwining the roots and placing the trees as close as possible to enhance the feeling of unity.
  7. We added soil around the rootball. The original tree was planted higher in this composition then in the original one, thus enforcing the leftwards flow of the composition.
  8. We then added muck to the sides to help the moss cling to the soil. This muck and moss wall keeps the soil on the pot and limits erosion.
  9. We cemented the stones in place by lightly lifting the stones and adding ciment underneath. Note the stone on the right side, half way to the back, it’s a little detail that catches the eye so it doesn’t stray into nothingness.
  10. Very important!!! Wash excess ciment off the stones as to show the jonctions as little as possible. Make it look natural! This step is essentiel in making sure there is the least possible sign of human intervention in the penjing.
  11. We added some surface rocks of similar texture. Note the one under the left trunk and behind the mud-man figurine. It’s in the empty space to make sure the eye doesn’t get lost in emptiness.
  12. We then mossed the penjing.
  13. Now the most important step in Shuihan penjing… we watered it.
  14. We then tampered with the stones colours, thus making them more uniforme…
    • Clean the stones by lightly brushing them with a wet toothbrush.
    • Clean and dry the pot.
    • Make a 1:1 mix of water and black calligraphy ink.
    • Paint the lighter coloured stones and major creased surfaces on the other stones. This will highten the illusion of shadow.
    • Let dry.
    • Paint all the stone surfaces this time.
    • Let dry.
    • Spray net the stones!
    • This should last about a year and then we need to start over again. The spray-net dissolves with the sun and watering.

__________________________________________

L’ inspiration pour cet affichage m’est venue du dernier affichage lorsque j’ai mentionné le Yijing. Ce penjing Shuihan représente la coopération entre le Canada et la Chine à travers mon apprentissage en Chine. Son nom (et Yijing) est: “Lorsque deux rivières se rencontrent, le courant devient plus fort!” Plus concrètement, il s’agit de la formation que Ng Shing m’a donnée,  combinée à l’exposition que je donne à l’art du penjing au gens Montréalais et au gens occidentaux par l’intermédiaire de ce blog. Pour Ng Shing et moi, cette expérience contribue à promouvoir le penjing et la Chine.

Les arbres, soit des érables, représentent le Canada. Le pêcheur est chinois, je vous laisse deviner qui cela représente.  Avec la  manière dont les pierres sont disposées, il est facile d’imaginer que cette région est  en quelques sortes un carrefour pour deux voies d’eau. M. Ng Shing avait tout planifié à l’avance. Plus tard, il a inscrit cet arbre à l’exposition annuelle de la société de penjing de Guangzhou, sous son nom en tant que propriétaire, et sous le mien en tant que créateur… Il a remporté une deuxième place. La composition est de très belle qualité, mais les arbres sont encore immatures et c’est pour cette raison que nous avions remporté qu’une deuxième place.

La construction de ce penjing fut une leçon fantastique sur l’Yijing.

Quand un penjing est créé, vous avez normalement un plan face à l’évolution de celui-ci. Les années passent, vos goûts  et la mode changent, les plantes poussent et ce plan peut ne plus être convenable. Dans cet article, je vais vous expliquer comment entreprendre l’entretien d’un penjing Shuihan qui est devenu trop grand par rapport au concept d’origine.

Ceci est l’histoire de la recréation du penjing Shuihan ci-haut:

Ce penjing fut recréé avec des “restes” du Jardin de Tracy à Shenzhen. Je suppose que nous pourrions appeler cet article “pimp mon penjing”. Le but de cet exercise était de reconstruire, et améliorer, un vieux penjing Shuhain qui avait un pot cassé. Nous avions gardé ce qui était bon, par exemple les pierres et l’arbre. Ensuite un nouveau pot de marbre, plus gros, fut choisi. J’avais également choisi un autre érable trilobé afin de l’ajouter à la composition. Finalement, une petite figurine d’un homme chinois fut ajouté par M. Ng Shing juste avant l’exposition à Guangzhou.

Je m’excuse de ne pas avoir pris une photo d’avant tout ce travail. Je venais d’arriver au Jardin de Tracy et je ne savais pas si j’avais le droit de prendre des photos ou si on attendait de moi un travail 110 % du temps.

  1. La première étape fut de dépoter  l’arbre du penjing original et de sauvegarder autant de pierres que possible.
  2. Nous avions ensuite choisi un plus grand pot en marbre.
  3. Les pierres d’origines ont été placées sur le nouveau marbre, comme elles étaient placées sur l’ancien.  Des ajustements, par rapport aux goûts du jour, ont suivi. Lorsque Zhao Qing Quan a publié  “Penjing , worlds of wonderment”, la mode des Shuihans consistait à la fabrication de littoraux composés d’un mur plein en pierres,  séparant ainsi l’eau sur le marbre et la masse du sol. La mode du moment en Chine est d’utiliser peu de pierres pour créer les rives et de laisser le substrat, ou la ligne de sol, toucher le marbre, qui lui, représente l’eau. Certains artistes  mettent si peu de pierres qu’ils ne les cimentent plus, car le littoral est presque exclusivement fabriqué de substrat. Ci-dessous, vous pouvez voir un exemple de l’ancien et du nouveau style.
  4. L’arbre d’origine, celui de droite, était seul et pas très spectaculaire par lui-même. Nous avions ajouté à la composition un deuxième arbre qui, lui aussi, n’était pas très spectaculaire par lui-même. Ensemble, ils sont plus dynamiques et donnent réelement un sentiment de nature sauvage.
  5. Ensuite, nous avions pré-positionné les arbres dans le pot afin d’avoir une meilleure idée de la faisabilité.  Ceci doit être fait avant de vous engager.
  6.  Tout était beau, alors nous nous sommes engagés en entrelaçant les racines et en plaçant les arbres le plus près possible l’un de l’autre. Ceci renforce l’unité et la stabilité de la composition, ce qui incitera les spectateurs à plonger encore plus dans le Yijing de ce penjing.
  7. Par la suite, le substrat fut ajouté autour de la motte. L’arbre original (celui de droite) fut planté plus haut dans la nouvelle composition,  par rapport à sa position d’origine, afin d’augmenter la dynamique du penjing qui va vers la gauche.
  8. L’étape suivante fut d’ajouter la boue sur les côtés afin de créer un muret auquel la mousse pourrait s’accrochent. La mouse et le muret limiteront l’érosion du substrat lors des pluies et des arrosages.
  9. Nous avions poursuivi en fixant les pierres en place.  Ceci se fait en soulevant légèrement les pierres, en ajoutant du ciment teint sous celles-ci et en les replaçant précisément. Notez la pierre sur le côté de droite, à mi-chemin de l’arrière. Un petit détail qui attrape l’œil de sorte qu’il ne s’égare pas dans le néant.
  10. La prochaine étape consiste à effacer toute trace d’intervention humaine lors de l’étape précédente. Avec un pinceau mouillé, nous devions enlever tout excédent de ciment entre les jonctions des pierres contre pierres, et entre les pierres et le marbre. Si le travail est grossier, l’oeil sera attiré à ces endroits par défaut et les spectateurs ne pourront apprécier le penjing  à sa pleine valeur par manque d’harmonie.
  11. Nous avions ajouté quelques pierres à la surface en s’assurant qu’elles aient la même texture que les pierres d’origines. Notez qu’une de celle-ci se situe sous le tronc de gauche et derrière la figurine. Elle est positionnée dans cet espace vide afin d’assurer que l’œil ne se perde pas dans le vide.
  12. Nous avons ensuite placé la mousse sur le substrat du penjing.
  13. Voici l’étape la plus importante de toute lors d’une création de penjing ou de bonsaï… l’arrosage.
  14. Finalement, j’ai appris un truc très intéressant, celui d’uniformiser la couleur des pierres, ce qui rendit le penjing encore plus réel, uniforme et harmonieux…
    • Nettoyez les pierres doucement avec une brosse à dents humide.
    • Nettoyez et séchez le pot en marbre.
    • Faites un mélange 1:1 d’eau et d’encre à calligraphie de couleur noire.
    • À l’aide d’un pinceau, peinturez les pierres plus pâles et tout les creux, sur et entre toutes les pierres (incluant les joints en ciment). Ceci créera  un effet d’ombre.
    • Laissez sécher.
    • Poursuivez en peinturant toutes les surfaces en pierre ou en ciment.
    • Laissez sécher.
    • Vaporisez d’un fixant à cheveux de style “spray-net”.
    • Cette opération doit être refaite quasiment chaque année, car le “spraynet” disparait sous l’effet du soleil et des arrosages.