My Shanghai story — Histoire a Shanghai

DSC_0112Shanghai, Shanghai, Shanghai.

So special.

I had never been in a megapolis before, this was quite a new experience for me. I was living in a motel maybe 15 minutes walk from the botanical garden. Thinking about it today, I am surprised to say: the walk to work was exciting, every single morning. Working also happened to be, almost every single morning… I would grab breakfast on the way to work, usually that would be fried dumplings or naan style bread. Arriving at the garden, I would enter gate number 3 and if I was lucky there would be people with a truck inside the garden selling some type of delicious clementine. A 5 pound bag for 5 yuan (that’s less then 1 US or CND dollar). Then, it was a beautiful 15 minute walk to the Penjing Yuan (garden) where I would meet my master, make some tea and start work.

What was the work…?

The first 3 weeks I spent pruning white pines and podocarpus. This was back in Novembre and 8 days after arriving I celebrated my 30th birthday. November’s temperature reminded me of mid to late september’s in Montreal. The needles on the white pines wear starting to brown and drop. We would clean out the dead needles, and cut back anything that was growing out of form. Anything that was too dense got the scissors too. The goal when doing this is to let the sunlight and air pierce the canopy. Sunlight for photosynthesis and back-budding, air for CO2 exchange and to avoid diseases. Without these 2, the interieur small branchs can die off. So, prevention  is a must because those interior buds and branches are what helps you keep your tree tight and compact. They are the branches of tomorrow. If you don’t do this, your trees tend to grow very “branchy” (leggy… haha, I love bonsai jokes) and the proportions get out of shape. I have pictures of this (I think) so later on I will make a special post on fall pine work in Shanghai. The other thing we did was to redifine the empty space between foliage pads… this is also very important.

Since this post is a kind of news flash, let’s get back to what I was doing in Shanghai.

After pruning the pines and podocarpus penjing, I started wiring some Pinus, Podocarpus and Juniperus as well.

I also studied multiple tree penjing creation. This was very, very fun. Pot selection, tree selection, accent rock selection and finally figurine selection… this usually ended up with the laid back chinese fellow drinking wine on a boulder by the road or the kid wipping his cow to pasture. You figurine geeks will know witch ones I’m talking about. All these items help express the artist’s Yijing.

Then 3 days before starting my rock penjing training, I learnt the Shanghai deciduous pruning techniques. I had already seen some of this in Montreal, so by the second day I was pruning on my own with my master peeking over my shoulder from time to time and making helpful comments on how to make the bonsai more beautiful.

By then, it was about the season to be joly, and although I was spending Christmas in Shanghai alone, I really was joly. Chinese people don’t celebrate Christmas, but they do like to decorate it. I also got a very special gift that Christmas, witch will be the subject of  a next post.

On to rock penjing, and landscape penjing… Wow this is something I am definitely very greatfull for. And every aspiring bonsai  professional should learn some of this. It’s a different medium, more things to think about, or rather the same, but… it seems like more since it’s not alive and you get to concentrate solely on esthetics. Rhythm, height, depth, texture, movement (flow), parallels, Yijing, Fuying, Shu and Xu, strong or feminine, soft or chaotic, etc… These are all esthetic concepts, but in rock penjing you don’t need to worry about the medium beeing alive, you carve it and … this should be another post! haha! Esthetic sensibility grows increadibily fast in this instance.

From November 1st to January 12th, I called Shanghai “home”, and it really was. I cannot wait to go back. I made lots of friends, eat really good food, and lived a hole bunch of beautiful events I can talk about for the rest of my life… like that one time a honey-voiced lady called me at 3h30 am asking:  …” ghadfkeghsd”…. “dgjndnsfkg”…  “Ma-sa-jy”???

I hope you enjoyed my Shanghai story.

Matt

__________________________________________

Shanghai, Shanghai, Shanghai.

Si memorable.

Je n’avais jamais été dans une mégapole avant, c’était une expérience tout à fait nouvelle  pour moi. Je vivais dans un motel à peut-être à 15 minutes à pied du Jardin Botanique de Shanghai. En pensant à ce sujet aujourd’hui, je suis surpris de dire que la marche au travail était excitante, chaque matin. Le travail l’était aussi à chaque matin aussi … Je prenais le petit déjeuner sur le chemin du travail et habituellement, c’était des dumplings frits ou du pain style naan. En arrivant au jardin, j’entrais par l’entrée 3 et si j’étais chanceux, il y avait des gens avec un camion dans le jardin et ils vendaient un certain type de clémentines délicieuses. Un sac de 5 livres pour 5 yuans (c’est moins d’un dollar US ou CDN). Ensuite, ce fut une belle marche de 15 minutes jusqu’au jardin des penjings où je rencontrais mon maître, nous buvions du thé et commencions le travail.

Quel était le travail …?

Les 3 premières semaines, je taillais des pins blancs et des podocarpus. Ceci était en Novembre, et 8 jours après mon arrivée,  j’ai fêté mon 30ème anniversaire. La température du mois de novembre m’a rappelé la mi ou la fin septembre à Montréal. Les aiguilles des Pinus parviflora commencaient à jaunir et chuter. Nous nettoyions les aiguilles mortes et les pousses de pins excédant la silhouette étaient taillées. Tout ce qui était trop dense receva aussi un coups de ciseaux . L’objectif, lors de cette opération, est de permettre à la lumière du soleil et de l’air de percer la canopée. La lumière du soleil sert à la photosynthèse et au bourgeonnement arrière. L’air sert pour les échanges de CO2 et aide à la prevention de maladies. Sans ceux-ci, les petites branches interieurs peuvent mourir. Donc, la prévention est un “must”, car ces bourgeons et ces petites branches intérieures sont ce qui nous aide à garder nos bonsaï serrés et compacts. Il s’agit de futures branches. Si vous ne le faites pas, vos arbres ont tendance à croître et les proportions ne sont plus plaisantes à l’oeil. J’ai des photos de cela (je pense) et plus tard je vais faire un post spécial sur le travail de pin l’automne à Shanghai. L’autre chose que nous avons faite a été de redéfinir l’espace vide entre les plateaux de feuillage … c’est aussi très important.

Tandis que ce post est un genre de flash nouvelles, revenons à ce que je faisais à Shanghai.

Après l’élagage des penjing de Pinus et de Podocarpus, j’ai commencé la ligature de ces deux espece ainsi que quelques Juniperus .

J’ai également étudié la création de plusieurs penjing à arbres multiples. Ce fût très, très amusant. Sélection de pots, sélection d’arbres, sélection de roches compagnes  et finalement la selection de figurines … habituellement je finissais par choisir le “lettré” décontracté qui buvait du vin assit sur un rocher près du sentier. Le gamin fouettant sa vache au pâturage fut quelques apparitions aussi. Les geeks de figurines, vous savez desquelles je parle! Tous ces éléments aident à exprimer l’Yijing de l’artiste.

Puis 3 jours avant de commencer ma formation de penjing de roche,  j’ai appris les techniques de taille de Shanghai des arbres caduques. J’avais déjà vu une partie de cette theorie à Montréal, alors le deuxième jour, je taillais seul, sûr de moi-même, avec mon maître qui surveillait, par dessu mon épaule, de temps en temps , la qualité de mon ouvrage. De temps en temps, il émetait quelques commentaires utiles sur la façon de faire du bonsaï un plus bel oeuvre.

À ce moment, il s’agissait d’une période de l’année tant attendu des occidentaux… C’était bel et bien Noël… seul à Shanghai. Par contre, j’étais telement occupé que j’ai failli oublié de souhaiter un joyeux noël et bonne année à ma famille, donc ce n’était pas la fin du monde! Ce fût drôle par contre, car les Chinois ne célèbrent pas Noël, mais on m’a expliqué qu’ils commencent à vraiment aimer décorer. Donc je marchais dans les rues, et voilà, j’aperçu un salon de coiffure entièrement décorée avec 8 milles lutins à l’intérieur! J’ai aussi reçu un cadeau très spécial d’une amie ici, ce devrait être le sujet d’un prochain post.

Ensuite, ce fût l’étude des penjings de roches et de penjings de paysages … Ce fût vraiment enrichissant, je suis très reconnaissant de cette expérience. Chaque professionnel du bonsaï devrait apprendre un peu a propos de ce sujet. Il s’agit d’un medium différent. Il semble avoir plus de détails auxquels on peut penser, ou plutôt ce sont les mêmes, par contre les roches ne sont pas vivantes donc vous pouvez plus vous concentrer uniquement sur l’esthétique. Le rythme, la hauteur, la profondeur, la texture, le mouvement (flux), les parallèles, Yijing, Fuying, Shu et Xu, fort ou féminin, doux ou chaotique, etc .. Ce sont tous des concepts esthétiques que l’on applique ( ou que l’on devrait appliquer) dans le penjing. Vous n’avez pas besoin de vous inquiéter, puisque le médium n’est pas vivant, vous le découper et … ceci devrait être un autre affichichage de blogue! haha!  Tout ca pour dire que la sensibilité esthétique se développe rapidement en ces instants.

Du 1er Novembre au 12 Janvier, j’ai appelé Shanghai “mon chez-moi”, et il l’était vraiment. Je suis excité d’y retourné dans le futur. Je me suis fait beaucoup d’amis, la qualité de la nourriture était remarquable et j’ai vécu une panoplie de bels événements que je pourrai raconter à mes petits enfants lorsque je serais vieux et sénile … Par exemple, l’histoire  où une dame à la voix mielleuse m’a appelé à 3h30 du matin me demandant: … “ghadfkeghsd” …. “Dgjndnsfkg” … “Ma-sa-je”???

J’espère que vous avez apprécié mon histoire a Shanghai!

Matt

  IMG_1214
 Zhao shifu and I cutting one of the numerous pines — Mon maitre, Zhao, et moi taillant un des numéreux pins
IMG_1212
 This was an average size penjing — Un penjing de taille moyenne
 Carved far view rock penjing 1- before 004
An example of the type of rock we used to sculpt — Un example de roche à sculpter
Carved far view rock penjing 1- before 008
 An other — Un autre
carved far view penjing after 001
 Here is the result — Voici le resultat
Shanghai-2 070
Shanghai ep 300
 shanghai-  Aire d'expo 018
 shanghai-  Aire d'expo 026
 More pines — D’autres pins
 shanghai-  Aire d'expo 028
 shanghai-  Aire d'expo 029
The sign says 120 years old. Zhao restyled this tree with his master some time ago and one a first prize  — Cette pancarte dit que l’arbre a 120 ans. Zhao a restylizé cet arbre avec son maître et ils ont gagné un premier prix
Shanghai-2 017

Shanghai-2 092

 Fraxinus hupehensis
 

I’m back — Je suis de retour

For everyone who is wondering , I am still alive and well! I arrived in Canada on april 23 and have been really busy since then. I know, people want to know what happened, where I’ve been, who I’ve met, what I ate and more. Suffice to say the experience was amazing, there are actually no words to describe what I’ve been through. Now it wasn’t all easy and simple, but over all I  left China with a really positive vibe.

Today I’m going to try and tell you guys a little about the itinerary and then the following posts will be about each place, what I saw and what I practiced.

Some people might say why have you been to so many different places. The answer to this is very simple. It has to do with the difference in penjing and bonsai.I was looking for a penjing training, and not a Bonsai training and although I work for a botanical garden and must take care of plants, I am asked to learn about this art form that uses plants as a medium. If I break down what I learned in China, essentially penjing and Bonsai are the same but they are different. Penjing might use rocks a little more, or marble slabs , but basically they use different mediums or more mediums to compliment there “bonsai” thus expressing a different feeling view or mood. Here is  an example: In Shanghai some penjing will actually be made solely of rock whereas in Guangdong they use stones and trees  or just trees but they make penjing with deciduous tree stumps with a lot of character and they cut the branches in particular ways that creates a tree architecture that’s very unique. Every region or school has they’re strengths and weaknesses. And then the difference between penjing and bonsai can be explained by the fact that 2 different culture practice the same art thus giving 2 different feelings. This explains the importance of culture vs. art and at the beginning of my trip I asked masters the following questions: “How can I get better at making Chinese Penjing?” The answer was simple: 1- Practice till your hands are cut and calloused, 2- Learn Chinese culture, it’s language, it’s history, it’s arts, and spend time with China’s people. So here it goes.

– November 1st to January 12th: study at the Shanghai Botanical gardens.

– Side trip to Suzhou:

  1. Day 1: was spent visiting Tiger hill and M. Shi’s garden.
  2. Day 2: while in Suzhou on day 1,Fan Shun li called my friend, Wuang Juan , and invited us to see M. Yang’s garden… one of the top nurseries in China, it’s private of course. So day 2 we went back to Suzhou and managed to see the Humble administrator’s garden too, witch I really don’t regret seeing.

– January 12th: I missed a plane to go to Haikou for 2 and a half days to see windswept penjing expert Liu Chuangang. This was actually a Christmas gift from someone. I managed with my excellent (…) Chinese to get another ticket and made it to Haikou with only 1/2 an hour of delay… I really impressed my hosts at that moment with my awesome flexibility. MY god I was stressed…!!! Imagine having to explain to Wuang Juan ( who had lost her phone in the flight) that I was not going to be able to make it and that …

– January 14th to March 3rd : off to Guangdong province to learn Lingnan penjing at Tracy garden (also know as Qu Yi Yuan). This is Ng Shing fat’s (also know as Wu Cheng fa or Ricky Wu) private nursery, it rivals M. Yang’s nursery but it’s lignan style.

– Side trip to Hong kong because of visa issues, I met people here who own a penjing C0-op.

-March 4th to April 5th: Yangzhou penjing Museum with the renowned M. Zhao Qingquan (A.K.A Brook Zhao).

-April 6th to April 15th: northern China, penjing related Side trips: Some places I’ve seen before, but winter is the time where everyone styles the trees. Thus in spring the gardens and penjing look very different, deserving another visit.

  1. Shanghai
  2. Suzhou
  3. Yellow mountains
  4. Hangzhou
  5. Yixing

-April 16th to 21st: B.C.I. (Bonsai Clubs International) 50th anniversarie convention. AMAZING!!!

– April 21st to 23rd back to Shanghai and then Montreal.

– April 24th-26th catch up on life.

-April 27th Start work at the Montreal Botanical Gardens with the penjing and bonsai collections.

This is the over-all trip. I will break it down more and try and post more pictures of the places and trees I’ve seen or worked on but the posts will be slow to come due to having to catch up on my trees, writting reports or articles and moving to a new apartment.

There are many thanks that are due, too many actually. I will be saying thank you as I go along explaining where I’ve been.

Have a good growing season!

Matt

__________________________________________

Pour tous ceux qui se posent la question, je suis encore bien vivant!

Je suis arrivé au Canada le 23 avril et j’ai été très occupé depuis. Je sais, les gens veulent savoir ce qui s’est passé, où j’ai été, qui j’ai rencontré, ce que je mangeais et plus encore. Inutile de dire que l’expérience était incroyable, il y a effectivement pas de mots pour décrire ce que j’ai vécu. Par contre, ce n’était pas tout rose, mais dans l’ensemble j’ai quitté la Chine avec une impression très positive.

Aujourd’hui, je vais essayer de vous en dire un peu plus sur l’itinéraire, tandis que les affichages suivants seront sur les endroits visités et  les arbres sur lesquels j’ai pratiqués.

Certaines personnes pourraient se demander: “Pourquoi avez-vous été à autant d’endroits différents?” La réponse à cette question est très simple. C’est en lien avec la différence entre le penjing et le bonsaï. Je cherchait une “formation en penjing”, et non pas une “formation en bonsai”. Bien que je travaille pour un jardin botanique et dois prendre soin des plantes, on me demande d’en apprendre davantage sur cette forme d’art qui utilise les plantes comme support. Si je me fis à ce que j’ai appris en Chine, essentiellement, le penjing et le bonsaï sont semblables, mais différents à la fois. En penjing, on peut utiliser un peu plus des roches, ou des dalles de marbre, mais fondamentalement, différents médiums (ou en plus grande quantité) sont utilisés pour compléter leur “bonsaï”, exprimant ainsi une autre vision, sentiment ou humeur. Je tiens à préciser que le bonsaï se fait aussi en utilisant de la roche selon les désirs de l’artiste. Voici un exemple: À Shanghai, certains penjing pourraient, effectivement, être faits uniquement de roches, tandis que dans la province de Guangdong, ils utilisent des pierres et des arbres ou seulement des arbres, et ils font des penjing avec des souches d’arbres à feuilles caduques avec beaucoup de caractère. Ils coupent aussi les branches de façon particulière,  créant ainsi une architecture d’arbre très unique. Chaque région ou école de pensé ont des forces et des faiblesses. Cette différence culturelle, régionale et même internationale peut expliquer  les différences entre le penjing et le bonsaï. Ceci démontre donc l’importance de la culture par rapport à l’art.

Au début de mon voyage, j’ai demandé à des maîtres la question suivante: «Comment puis-je mieux  faire du Penjing chinois?” La réponse était simple:

  1. Pratiquez jusqu’à ce que vos mains soient coupées et pleines de corne.
  2. Apprenez la culture chinoise, la langue, l’histoire, l’art, et passez du temps avec les gens de la Chine.

Alors voilà l’explication ” simple”.

L’itinéraire:

– Le 1er novembre au 12 janvier: étude au Jardin botanique de Shanghai.

– Détour à Suzhou:

  • Jour 1: a été consacré à la visite de la Colline du tigre et le jardin de M. Shi.
  • Jour 2: lors du premier jour à Suzhou, Fan Shun li a appelé mon ami, Wuang Juan, et nous a invité à voir le jardin de M. Yang où il y a l’une des meilleurs collections de penjing en Chine. Une collection privée bien sûr! Donc, le jour 2, nous sommes retournés à Suzhou et avons aussi réussi à voir le jardin de l’Administrateur Humble.  Je ne regrette vraiment pas ce détour.

– 12 janvier : J’ai raté un avion qui devait me mener  à Haikou pour 2 jours et demi afin de voir Liu Chuangang, un expert dans le style d’arbres balayés par le vent. Ce fût en fait un cadeau de Noël de quelqu’un. J’ai finalement réussi, avec mon excellent chinois (…),  d’obtenir un autre billet et je suis arrivé à Haikou avec seulement 1/2 heure de retard … J’ai vraiment impressionné mes hôtes, avec ma flexibilité  face au situation où l’on doit penser et agir avec rapidité. Mon Dieu que c’était stressant! … Imaginez avoir à expliquer à Wuang Juan (qui avait perdu son téléphone dans son avion) ​​que je n’allais pas pouvoir arriver à temps …

– 14 janvier au 3 mars: Arrivée dans la province du Guangdong afin d’apprendre le style Lingnan au Jardin de Tracy  (également connu sous le nom Qu Yi Yuan). Ce jardin appartient à Ng Shing Fat (aussi connu sous le nom de Wu Cheng fa ou Ricky Wu). En fait de qualité, cette collection rivalise la collection de M. Yang, par contre, elle est du style Lingnan.

– Sortie du pays vers Hong Kong en raison de problèmes de visa. J’y ai rencontré des gens qui possèdent une C0-op de penjing.

– 4 mars au 5 avril:  Musée de penjing à Yangzhou, avec le célèbre M. Zhao Qingquan (AKA Brook Zhao).

– 6 au 15 avril:  voyages secondaires liés au penjing, dans le Nord de la Chine. J’ai visité certains endroits trop rapidement, puisque l’hiver est le moment où les arbres sont stylisés et que le printemps les jardins et les penjing sont très différents. Ces endroits méritent donc une autre visite:

  • Shanghai
  • Suzhou
  • Montagnes jaunes (Huanghan)
  • Hangzhou
  • Yixing

– 16 au 21 avril: Convention du B.C.I. (Bonsai Clubs International), son 50e anniversarie. INCROYABLE!

– 21 au 23 avril: Retour à Shanghai et Montréal.

– 24 au 26 avril: Reprendre ma vie avant la Chine.

– 27 avril: Travail au Jardin botanique de Montréal avec dans les collections de penjings et de bonsaïs.

Voici donc une vue d’ensemble de mon voyage. Je vais le décomposer plus et essayer d’afficher plus de photos des lieux et des arbres que j’ai vus ou travaillés. Par contre,  les affichages seront lents à venir puisque je dois rattraper mon retard sur mes arbres, écrire des rapports ou des articles et déménager dans un nouvel appartement!

Il y a beaucoup de merci qui sont dûs, trop en fait. Donc je dirais merci tout au long que j’afficherais des posts.

Bonne saison de croissance!

Matt

Merci loropetalum

Thank you everyone — Merci à tous