Punica granatum penjing

This tree is old… the tree is registered at the Garden since 1980, but the comment in it’s registry says 1930… that’s around 85 years old. It came from Shanghai as a gift. It’s also one of my favorite Shumu penjing at the Montreal botanical garden.

The wiring was intense for an old tree like this, and I really want to make sur it will react positively. For this reason, we will repot it next year in a beautiful old Jun factory pot (I believe). It is deep blue and should really compliment the red flowers and the bright yellow fall colours.  These are also known as Namako pots.

Here are a couple of before and after photos.

__________________________________________

Cet arbre est très vieux… il fut enregistré en 1980, mais dans le registre du Jardin, il est mention de 1930, ce qui lui donne environ 85 ans… Il est originaire de Shanghai et fut donné en cadeau au Jardin botanique de Montréal par le gouvernement de Chine. Il est un de mes Shumu penjings préférés.

La ligature fut assez drastique pour un arbre de cet âge et c’est pour cette raison que nous allons le rempoter l’année prochaine, dans un pot de l’usine Jun ( je crois, haha!). Un beau pot bleu foncé qui complimentera les fleurs rouge et les belles couleurs automnales jaunes. Ces pots sont aussi connus sous le nom de pot Namako.

Voici quelques photos d’avant et après.

MBG repottings – Rempotages JBM

For me, there are two reasons for repotting a penjing or a bonsai.

  1. Health purposes
  2. Esthetic purposes

Health purposes:

To re-establish a proper air/earth ratios. If a tree’s root system is too compact and there are no macro-pores, water  and air have a hard time reaching the plant’s roots and this is dangerous.

To re-establish a proper earth or roots/foliage ratio.

Esthetic reasons:

You have a styled bonsai, in good health but in an ugly pot, or if your bonsai has regained it’s health and was in a slightly oversized pot, you can repot your tree into a smaller more pleasing pot. Or simply because you have a better pot or aim to show it soon.

Here are a couple of quick before and after photos of repotting at the Montreal botanical gardens.

__________________________________________

Pour moi, il ya deux raisons de rempoter un penjing ou un bonsaï.

  1. À des fins de santé
  2. À des fins esthétiques

À des fins de santé:

Pour rétablir un bon ratio de terre et d’air. Si le système racinaire de l’arbre est trop compact et qu’il n’y a pas assez de macropores, l’eau et l’air ont du mal à atteindre les racines et le dépérissement de l’oeuvre est inévitable.

Pour rétablir le ratio de racines(ou de terre) face au feuillage.

À des fins esthétiques:

Votre bonsaï est mis en forme et il a une bonne santé, ou si vous avez simplement un bonsaï malade qui va mieux et qu’il était dans un plus gros pot (afin d’y donner une meilleur santé), vous pouvez rempoter votre arbre dans un pot plus petit et plus agréable.

Voici quelques photos d’avant et d’après des rempotages au jardins botaniques de Montréal.

Acer buergerianum, before repotting. It’s pot is nice, but too small and the tree’s leafs often dry in late summer early fall. Érable trilobé, avant le rempotage. Son pot est beau, par contre il devra être rempoté afin d’avoir un meilleur ratio racine et feuillage.

DSC_0001

After repotting. Th earth to leaf ratio is improved, it shouldn’t burn now and should also gain vigor. The taller round pot is also very Chinese and very old. Après le rempotage. Le ratio de substrat pour le feuillage est meilleur, il ne devrait plus manquer d’eau et il gagnera en santé. Le grand pot rond est aussi très Chinois et très vieux.

l

Repotting for esthetic. Akebia quinata, old and new pot. The older one was bigger because we wanted the vine to gain girth, this was not working thus the new smaller pot. The penjing still needs to be wired. Rempotage pour l’esthétique. Akebia quinata, le gros pot à gauche est le vieux, il y était afin de faire gagner du diameter au tronc, par contre ceci ne marchait pas trop et c’est pour cela que ce penjing a retrouvé un plus petit pot. Il reste à être ligaturer ultérieurement.

What to do with an overgrown Shuihan penjing – Que faire avec un penjing Shuihan qui déborde de ses frontières

"Where two rivers meet, the current becomes stronger!"- Shuihan penjing

Shuihan penjing incarnating good Yijing. Shown at the Guangzhou penjing association exposition – Penjing Shuihan incarnant un bon Yijing. À l’exposition de la Société de penjing de Guangzhou.

This post’s inspiration came from last post’s mentioning of Yijing. This Shuihan penjing represents, via it’s Yijing, the cooperation between Canada and China through my apprenticeship in China. It’s name is : “Where two rivers meet, the current becomes stronger!” This represents the training that Ng Shing gave me, and the exposure I am giving penjing in Montreal and/or the western society via this blog. For Ng Shing and I, this mutual aid helps promote penjing and China as well.

The trees are maple, which obviously represent Canada (to anyone who is not Canadian haha), and the fisherman is Chinese, guess who that represents. With the way the rocks are laid out, it is easy to imagine that this area is an intersection of some sorts for two water ways. M. Ng Shing had this in thought the whole time. He also entered this tree at the Guangzhou penjing society’s annual exposition with his name as owner, and mine as creator. It won a second place. The composition is of very high quality, but the trees were still too immature (they lacked the fine ramification an old penjing has) to deserve a gold. This was a fantastic lesson on Yijing. By the way, when I say second place, I am fully aware that in China many first prizes, second prizes and third prizes are awarded at a same exposition.

When a penjing is created, you have a vision of what you want it to become, and as years go by, your tastes evolve, fashion changes and plants grow. In this article, I will explain what can be done with a Shuihan penjing (also known as Water and Land penjing) that has overgrown it’s original design.

This is how we went about it:

This penjing was made with some “leftovers” at Tracy garden. I guess we could also call this article “pimp my penjing”. We took an old busted Shuhain penjing that we tore apart, improved and put back together.  We kept what was good, like the stones and the tree.  We chose a new and larger marble slab. I then picked another trident maple to add to the composition. And lastly, a small Chinese mud man was added by M. Ng Shing-fat right before the exhibition.

I apologize for not taking a “before” picture. I had just arrived at Tracy garden and I did not know if I was encouraged to take pictures or if I was expected to be working 110% of the time.

  1. The first step was to “unpot” the original tree and keep as many stones as possible.
  2. A slightly bigger marble slab/pot was chosen.
  3. We placed the original stones on the new slab, as close to where they were on the old Shuihan. Then we did some tweaking to fit today’s taste. Back in the days, when Zhao Qing Quan printed “Penjing worlds of wonderment”, the Shuhain fashion dictated that the shoreline be a solid wall of stones, as to separate water on the marble and the soil mass. The present fashion in China is to take a few rocks out of the shoreline and let the potting soil (shore line) touch the white coloured marble (water). Some artists actually put so few stones that cementing is no longer necessary as the shoreline is almost only soil. There is an example of the old style vs the new farther below.
  4. The original tree (the one on the right) was alone and not very great by itself. I chose a second tree (also not very good on its own) to add to the composition. Together, they are more dynamic and give a real feeling of wilderness.
  5. We prepositioned the trees in the pot to have an idea of the layout before committing ourselves.
  6. We then committed ourselves by intertwining the roots and placing the trees as close as possible to enhance the feeling of unity.
  7. We added soil around the rootball. The original tree was planted higher in this composition then in the original one, thus enforcing the leftwards flow of the composition.
  8. We then added muck to the sides to help the moss cling to the soil. This muck and moss wall keeps the soil on the pot and limits erosion.
  9. We cemented the stones in place by lightly lifting the stones and adding ciment underneath. Note the stone on the right side, half way to the back, it’s a little detail that catches the eye so it doesn’t stray into nothingness.
  10. Very important!!! Wash excess ciment off the stones as to show the jonctions as little as possible. Make it look natural! This step is essentiel in making sure there is the least possible sign of human intervention in the penjing.
  11. We added some surface rocks of similar texture. Note the one under the left trunk and behind the mud-man figurine. It’s in the empty space to make sure the eye doesn’t get lost in emptiness.
  12. We then mossed the penjing.
  13. Now the most important step in Shuihan penjing… we watered it.
  14. We then tampered with the stones colours, thus making them more uniforme…
    • Clean the stones by lightly brushing them with a wet toothbrush.
    • Clean and dry the pot.
    • Make a 1:1 mix of water and black calligraphy ink.
    • Paint the lighter coloured stones and major creased surfaces on the other stones. This will highten the illusion of shadow.
    • Let dry.
    • Paint all the stone surfaces this time.
    • Let dry.
    • Spray net the stones!
    • This should last about a year and then we need to start over again. The spray-net dissolves with the sun and watering.

__________________________________________

L’ inspiration pour cet affichage m’est venue du dernier affichage lorsque j’ai mentionné le Yijing. Ce penjing Shuihan représente la coopération entre le Canada et la Chine à travers mon apprentissage en Chine. Son nom (et Yijing) est: “Lorsque deux rivières se rencontrent, le courant devient plus fort!” Plus concrètement, il s’agit de la formation que Ng Shing m’a donnée,  combinée à l’exposition que je donne à l’art du penjing au gens Montréalais et au gens occidentaux par l’intermédiaire de ce blog. Pour Ng Shing et moi, cette expérience contribue à promouvoir le penjing et la Chine.

Les arbres, soit des érables, représentent le Canada. Le pêcheur est chinois, je vous laisse deviner qui cela représente.  Avec la  manière dont les pierres sont disposées, il est facile d’imaginer que cette région est  en quelques sortes un carrefour pour deux voies d’eau. M. Ng Shing avait tout planifié à l’avance. Plus tard, il a inscrit cet arbre à l’exposition annuelle de la société de penjing de Guangzhou, sous son nom en tant que propriétaire, et sous le mien en tant que créateur… Il a remporté une deuxième place. La composition est de très belle qualité, mais les arbres sont encore immatures et c’est pour cette raison que nous avions remporté qu’une deuxième place.

La construction de ce penjing fut une leçon fantastique sur l’Yijing.

Quand un penjing est créé, vous avez normalement un plan face à l’évolution de celui-ci. Les années passent, vos goûts  et la mode changent, les plantes poussent et ce plan peut ne plus être convenable. Dans cet article, je vais vous expliquer comment entreprendre l’entretien d’un penjing Shuihan qui est devenu trop grand par rapport au concept d’origine.

Ceci est l’histoire de la recréation du penjing Shuihan ci-haut:

Ce penjing fut recréé avec des “restes” du Jardin de Tracy à Shenzhen. Je suppose que nous pourrions appeler cet article “pimp mon penjing”. Le but de cet exercise était de reconstruire, et améliorer, un vieux penjing Shuhain qui avait un pot cassé. Nous avions gardé ce qui était bon, par exemple les pierres et l’arbre. Ensuite un nouveau pot de marbre, plus gros, fut choisi. J’avais également choisi un autre érable trilobé afin de l’ajouter à la composition. Finalement, une petite figurine d’un homme chinois fut ajouté par M. Ng Shing juste avant l’exposition à Guangzhou.

Je m’excuse de ne pas avoir pris une photo d’avant tout ce travail. Je venais d’arriver au Jardin de Tracy et je ne savais pas si j’avais le droit de prendre des photos ou si on attendait de moi un travail 110 % du temps.

  1. La première étape fut de dépoter  l’arbre du penjing original et de sauvegarder autant de pierres que possible.
  2. Nous avions ensuite choisi un plus grand pot en marbre.
  3. Les pierres d’origines ont été placées sur le nouveau marbre, comme elles étaient placées sur l’ancien.  Des ajustements, par rapport aux goûts du jour, ont suivi. Lorsque Zhao Qing Quan a publié  “Penjing , worlds of wonderment”, la mode des Shuihans consistait à la fabrication de littoraux composés d’un mur plein en pierres,  séparant ainsi l’eau sur le marbre et la masse du sol. La mode du moment en Chine est d’utiliser peu de pierres pour créer les rives et de laisser le substrat, ou la ligne de sol, toucher le marbre, qui lui, représente l’eau. Certains artistes  mettent si peu de pierres qu’ils ne les cimentent plus, car le littoral est presque exclusivement fabriqué de substrat. Ci-dessous, vous pouvez voir un exemple de l’ancien et du nouveau style.
  4. L’arbre d’origine, celui de droite, était seul et pas très spectaculaire par lui-même. Nous avions ajouté à la composition un deuxième arbre qui, lui aussi, n’était pas très spectaculaire par lui-même. Ensemble, ils sont plus dynamiques et donnent réelement un sentiment de nature sauvage.
  5. Ensuite, nous avions pré-positionné les arbres dans le pot afin d’avoir une meilleure idée de la faisabilité.  Ceci doit être fait avant de vous engager.
  6.  Tout était beau, alors nous nous sommes engagés en entrelaçant les racines et en plaçant les arbres le plus près possible l’un de l’autre. Ceci renforce l’unité et la stabilité de la composition, ce qui incitera les spectateurs à plonger encore plus dans le Yijing de ce penjing.
  7. Par la suite, le substrat fut ajouté autour de la motte. L’arbre original (celui de droite) fut planté plus haut dans la nouvelle composition,  par rapport à sa position d’origine, afin d’augmenter la dynamique du penjing qui va vers la gauche.
  8. L’étape suivante fut d’ajouter la boue sur les côtés afin de créer un muret auquel la mousse pourrait s’accrochent. La mouse et le muret limiteront l’érosion du substrat lors des pluies et des arrosages.
  9. Nous avions poursuivi en fixant les pierres en place.  Ceci se fait en soulevant légèrement les pierres, en ajoutant du ciment teint sous celles-ci et en les replaçant précisément. Notez la pierre sur le côté de droite, à mi-chemin de l’arrière. Un petit détail qui attrape l’œil de sorte qu’il ne s’égare pas dans le néant.
  10. La prochaine étape consiste à effacer toute trace d’intervention humaine lors de l’étape précédente. Avec un pinceau mouillé, nous devions enlever tout excédent de ciment entre les jonctions des pierres contre pierres, et entre les pierres et le marbre. Si le travail est grossier, l’oeil sera attiré à ces endroits par défaut et les spectateurs ne pourront apprécier le penjing  à sa pleine valeur par manque d’harmonie.
  11. Nous avions ajouté quelques pierres à la surface en s’assurant qu’elles aient la même texture que les pierres d’origines. Notez qu’une de celle-ci se situe sous le tronc de gauche et derrière la figurine. Elle est positionnée dans cet espace vide afin d’assurer que l’œil ne se perde pas dans le vide.
  12. Nous avons ensuite placé la mousse sur le substrat du penjing.
  13. Voici l’étape la plus importante de toute lors d’une création de penjing ou de bonsaï… l’arrosage.
  14. Finalement, j’ai appris un truc très intéressant, celui d’uniformiser la couleur des pierres, ce qui rendit le penjing encore plus réel, uniforme et harmonieux…
    • Nettoyez les pierres doucement avec une brosse à dents humide.
    • Nettoyez et séchez le pot en marbre.
    • Faites un mélange 1:1 d’eau et d’encre à calligraphie de couleur noire.
    • À l’aide d’un pinceau, peinturez les pierres plus pâles et tout les creux, sur et entre toutes les pierres (incluant les joints en ciment). Ceci créera  un effet d’ombre.
    • Laissez sécher.
    • Poursuivez en peinturant toutes les surfaces en pierre ou en ciment.
    • Laissez sécher.
    • Vaporisez d’un fixant à cheveux de style “spray-net”.
    • Cette opération doit être refaite quasiment chaque année, car le “spraynet” disparait sous l’effet du soleil et des arrosages.

M. Liu Chuangang & Flower World

This is the story of my visit to Hainan, where I met M. Liu Chaungang for the first time. When I flew to Haikou, I also traveled alone in China for the first time… I was a little nervous.

My friend Bridget secured the tickets for me but she was off to her mother’s for the weekend.  Today, I will write about the fun time I had going there… I had to get up early that day and so it started…

  • It took about 45 minutes to get a receipt… the clerk was asking me for a piece of paper they didn’t even need and could not understand and eventually I found it.
  • By looking for the piece of paper the hotel was asking me for, I lost the one with my flight number.
  • Gladly enough I remember the terminal’s number my friend and guardian angel, Bridget, gave me. Sadly she had given me the wrong terminal (I actually looked at the email afterwards…). So I finally get to the right terminal and I am told I am too late to board the flight.
  • I go outside to grab a taxi (to get back to the first terminal, where there is another flight to the same destination) and a taxi driver tries to screw me over and asks for 100 Yuan (about 18$ Canadian) for a 2 minutes drive that should cost 10 Yuan.
  • So I had to find another taxi with an honest driver who then takes me to T1, I finally buy a ticket, get on the flight, loose a scarf and arrive in Haikou with only 30 minutes delay.

So when I arrive my guardian angel is there with our host M. Liu Changang. I told them the story I had just lived and they were impressed that I was able to manage, in a foreign language, to make it on time. And then, like all good trips in China start, we go eat and drink. We also visited a … sex museum…

Other then eating and drinking in Haikou, I met one of the dynamic style Penjing Masters.  Liu Changang

M. Liu studied with the father of the Dynamic style, He Gansun, from Hebei. M. Liu is also good at water and land penjing and the beautiful Shan Shui penjing. Other then that, he is funny and a very accomplished calligrapher.

Here are some pictures from Haikou and M. Liu Chuangang’s flower world garden company.

__________________________________________

Ceci est l’histoire de ma visite au Hainan, où j’ai rencontré M. Liu Chaungang pour la première fois. Quand j’ai pris l’avion pour Haikou, j’ai voyagé seul en Chine pour la première fois … J’étais un peu nerveux.

Mon amie Bridget a obtenu mes billets, mais elle ne voyagait pas avec moi, car elle était chez sa mère pour le week-end. Aujourd’hui, je vous raconte le périple de ce voyage. Je devais me lever très tôt ce jour-là…

• Après un réveil très tôt, il a fallu environ 45 minutes pour obtenir un reçu … le concierge m’a demandé pour un morceau de papier, lequel ils n’avaient même pas besoin et je ne pouvais pas comprendre. Je l’ai finalement trouvé.

• En cherchant pour le morceau de papier que l’hôtel me demandait, j’ai perdu celui avec mon numéro de vol.

• Heureusement, je me souvenais du numéro de terminal que mon amie et ange gardien, Bridget, m’avait donné. Malheureusement, elle m’avait donné le mauvais terminal (en effet, j’ai regardé dans mes emails après …). Donc, j’arrive enfin au bon terminal et on me dit que je suis trop tard pour embarquer sur le vol initial.

• Je retourne dehors pour prendre un taxi (pour revenir au premier terminal, où il y avait un autre vol vers la même destination) et un chauffeur de taxi essaie de profiter du fait que j’ai l’air de ne pas savoir où je vais et demande 100 yuans (environ 18 dollars canadiens) pour un 2 minutes qui devrait coûter en effet 10 Yuans.

• Je dois donc trouver un autre taxi avec un chauffeur honnête qui me conduit ensuite au Terminal 1, j’ai ensuite acheté un billet et j’ai finalement abouti à bord de l’avion. Je suis  à arriver à Haikou avec seulement 30 minutes de retard.

Donc, quand j’arrive mon ange gardien est là avec notre hôte M. Liu Chuangang. Je leur ai raconté l’histoire et ils étaient tous deux très impressionnés que j’ai été capable de gérer, dans une langue étrangère, une situation comme celle-là et en plus d’être capable d’arriver à temps. Ensuite, comme tout bon voyage en Chine, nous avons débuté en allant manger et boire. Nous avons également visité… un musée du sexe …

Autre que boire et manger à Haikou, j’ai rencontré l’un des maîtres de Penjing du style dynamique : Liu Changang

M. Liu a étudié avec le “père” du style dynamique, He Gansun de Hebei. M. Liu est également talentueux avec les paysages d’eau et de terre et les penjings Shan Shui. Il est aussi très drôle et un calligraphe très accompli.

Voici quelques images de Haikou, de Flower World (le commerce de M. Liu Chuangang) et quelques-uns de ces penjings.

Sign at the sex museum - Affiche au musé du sex

Sign at the sex museum – Affiche au musée du sexe

Sculpture at the sex museum - Sculpture au musé du sex

Sculpture at the sex museum – Sculpture au musée du sexe

Poilaniella fragilis penjing

Poilaniella fragilis penjing

 Windswept Poilaniella fragilis penjing - Battu par le vent

Windswept Poilaniella fragilis penjing – Battu par le vent

 Ramification detail - Ramure

Ramification detail – Ramure

Shuihan penjing,   poilaniella fragilis

Shuihan penjing, poilaniella fragilis

Windswept ramification detail - Ramure d'un arbre battu par le vent

Windswept ramification detail – Ramure d’un arbre battu par le vent

Poilaniella fragilis penjing

Poilaniella fragilis penjing

Shuihan fengchui penjing with poillaniella fragilis

Shuihan fengchui penjing with poillaniella fragilis

M. Liu-haikou 061

Windswept penjing ramification detail – Detail de la ramure d’un arbre battu par le vent

Chinese Shǎng shí

Chinese Shǎng shí

Mini windswept penjing

Mini windswept penjing

Beautiful Shuihan penjing - Très beau Shuihan penjing

Beautiful Shuihan penjing – Très beau Shuihan penjing

Fraxinus huppehensis

Fraxinus huppehensis

M. Liu-haikou 125 M. Liu-haikou 132

Beautiful deadwood - Beau bois mort

Beautiful deadwood – Beau bois mort

Technic to help heal scars - Technique afin d'aider la cicatrisation

Technic to help heal scars – Technique afin d’aider la cicatrisation

A Flower World penjing - Un penjing  dans un magasin  de Flower World

A Flower World penjing – Un penjing dans un magasin de Flower World

Un penjing battu par le vent dans un magasin  de Flower World

A windswept penjing in a Flower World Shop – Un penjing battu par le vent dans un magasin de Flower World

Gongshi in a Flower World shop - Gonshi dans un magasin de Flower World

Shang shi in a Flower World shop – Shang shi dans un magasin de Flower World

M. Liu's demo before - Avant la demo de M. Liu

M. Liu’s demo before – Avant la demo de M. Liu

First step is defoiliation - Première étape, la défoliation

First step is defoiliation – Première étape, la défoliation

M. Liu is chosing witch branch to keep or witch to cut - M. Liu choisi les branches qu'il veut garder ou racourcir

M. Liu is choosing witch branch to keep and witch to cut – M. Liu choisi les branches qu’il veut garder, raccourcir ou éliminer

After pruning, the tree is now ready for wiring- après une taille, l'arbre est près pour une ligature

After pruning, the tree is now ready for wiring- Après une taille, l’arbre est près pour une ligature

Final product - Produit final

Final product – Produit final

The small tree he offered me to practice on - Le petit arbre qu'il m'a laissé pratiquer avec.

The small tree he offered me to practice on – Le petit arbre qu’il m’a laissé pratiquer avec.

After styling - Après une ligature

After styling – Après une ligature

5$ tree – l’arbre à 5$

Before continuing with more posts about China, here is the short story of a 5 $ tree.

About four years ago, I saved this tree from a slow death (the dreaded compost pile) in a local nursery. I gave it lots of love, and it got healthy again. Four years later, my tastes have changed somewhat and I realized this tree will never stay on my bonsai benches forever.

Recently, a bonsai society I am part of wanted to revamp the way they do auctions. The “grand council” thus asked me for a “decent” tree that  already has a bonsai shape and that I would not mind parting with.

In my opinion, this tree will not be an awesome show tree in the near future (probably not the far future too ha-ha), why is this you might ask. What I have learned in my short time as a bonsai student is that you need to start off with good material.

Now don’t get me wrong, any tree has the potential to become a great tree, but what is the amount of effort needed to make this happen. I could graft this tree with new branches of a different species, one  with tighter foliage. I could also air layer it to get better roots. Tie some raffia around the trunk and bend it to get ride of some of the straightness in the upper part.  And all this would produce a decent tree but with little character.

The plan was to actually do all this by  practicing on a 5 $ tree, not a 1300$ collected tree.

Having been to China and having done some big bends and grafting, I now feel confident in trying this on better trees.

If you are attending the show and auction in Montreal there are a bunch of reasons to buy a pre worked tree such as this.

  1. The tree will most likely be cheap.
  2. The auction money goes to the society.
  3. You can then give this tree to someone who is either a beginner, or wants to begin, thus inspiring him or her to learn more.
  4. You can also study the wiring that a senior artist performed on said tree. You can learn a lot by looking at other peoples work.
  5. The new owner gets to practice refinement on a cheap tree.

This being said, here are the before and after photos.

In my opinion the deadwood on the bottom right needs to be shortened, and the bottom left foliage pad needs to be shortened to appear more compact. I could have shortened that branch but I was afraid of compromising it’s health by cutting too much. The next owner will have the pleasure of doing this if he or she wishes it.

The tree will be sold in October so I will be able to take another picture before it leaves here.

__________________________________________

Avant de poursuivre avec les autres affichages de la Chine, voici la courte histoire d’un arbre à 5$.

Il y a environ quatre ans, j’ai sauvé cet arbre d’une mort certaine et lente (un tas de compost redouté) dans une pépinière locale. Je lui ai donné beaucoup d’amour et il a finalement obtenu, à nouveau, une bonne santé. Quatre ans plus tard, mes goûts ont évolués et j’ai réalisé que cet arbre ne restera jamais sur mes tables à bonsaïs indéfiniment.

Récemment, une société de bonsaï dont je suis membre souhaitait réorganiser la façon dont ils feront leurs levée de fonds.  Donc le ” Grand Conseil ” m’a demandé un arbre «décent», qui aurait déjà une forme de bonsaï, et duquel je pourrais me départir.

À mon avis, cet arbre ne sera pas un arbre impressionnant  dans un avenir proche (probablement pas dans un avenir lointain non plus, ha ha!), Vous vous demandez probablement pourquoi. Ce que j’ai appris, pendant ma courte période comme  étudiant de bonsaï, c’est que vous devez commencer avec un excellent matériel de base.

Malgré le fait que tout arbre a le potentiel de devenir un bel arbre, je crois que le montant d’effort nécessaire pour y arriver peut varier énormément. J’aurais pu greffer cet arbre avec de nouvelles branches d’une espèce différente qui aurait un feuillage plus propice. J’aurais pu également marcotter l’arbre pour ainsi obtenir de meilleures racines. Ou bien attacher quelques raphias autour du tronc et le plier afin d’améliorer la partie supérieure qui est trop droite. Et tout cela produirait un bel arbre simple.

Initialement, le plan était de réellement pratiquer toutes ces techniques mentionnés ci haut sur un arbre à 5$, pas un arbre de 1300 $.

Après avoir étudié en Chine et ayant pratiqué ces techniques, je me sens maintenant confiant d’essayer ces techniques sur de meilleurs arbres.

De là mon désir de donner cet arbre à la société de Bonsais et de Penjing.

Donc si vous assistez à la vente aux enchères cet automne à cet société, il ya un tas de raisons pour acheter un de ces arbres qui aurait été fabriqué par un des membres séniors.

  1. L’arbre sera probablement pas cher.
  2. L’argent de la vente va à la société.
  3. Vous pouvez ensuite donner cet arbre soit à un débutant ou une personne voulant commencer le bonsaï, ceci les inspira  à en savoir plus.
  4. Vous pourrez étudier le travail qu’un membre sénior à réalisé sur l’arbre. Vous pouvez apprendre beaucoup en regardant le travail des  autres.
  5. Le nouveau propriétaire obtient la chance de pratiquer du raffinement sur ​​un arbre pas cher.

Ceci étant dit, voici les photos d’avant et d’après.

À mon avis, le bois mort du bas, à droite, doit être raccourci. Le plateau de feuillage en bas et à gauche doit être raccourci afin de rendre la branche plus trapue. J’aurais pu raccourcir cette branche par contre j’avais peur de la compromettre en coupant trop de feuillage. Le nouveau propriétaire aura le plaisir de le faire s’il le souhaite.

L’arbre sera vendu en octobre, je vais donc être en mesure de prendre une autre photo avant qu’il ne quitte mon jardin.

DSC_0004

Juniperus before – Juniperus avant

DSC_0007

Juniperus after – Juniperus après

My Shanghai story — Histoire a Shanghai

DSC_0112Shanghai, Shanghai, Shanghai.

So special.

I had never been in a megapolis before, this was quite a new experience for me. I was living in a motel maybe 15 minutes walk from the botanical garden. Thinking about it today, I am surprised to say: the walk to work was exciting, every single morning. Working also happened to be, almost every single morning… I would grab breakfast on the way to work, usually that would be fried dumplings or naan style bread. Arriving at the garden, I would enter gate number 3 and if I was lucky there would be people with a truck inside the garden selling some type of delicious clementine. A 5 pound bag for 5 yuan (that’s less then 1 US or CND dollar). Then, it was a beautiful 15 minute walk to the Penjing Yuan (garden) where I would meet my master, make some tea and start work.

What was the work…?

The first 3 weeks I spent pruning white pines and podocarpus. This was back in Novembre and 8 days after arriving I celebrated my 30th birthday. November’s temperature reminded me of mid to late september’s in Montreal. The needles on the white pines wear starting to brown and drop. We would clean out the dead needles, and cut back anything that was growing out of form. Anything that was too dense got the scissors too. The goal when doing this is to let the sunlight and air pierce the canopy. Sunlight for photosynthesis and back-budding, air for CO2 exchange and to avoid diseases. Without these 2, the interieur small branchs can die off. So, prevention  is a must because those interior buds and branches are what helps you keep your tree tight and compact. They are the branches of tomorrow. If you don’t do this, your trees tend to grow very “branchy” (leggy… haha, I love bonsai jokes) and the proportions get out of shape. I have pictures of this (I think) so later on I will make a special post on fall pine work in Shanghai. The other thing we did was to redifine the empty space between foliage pads… this is also very important.

Since this post is a kind of news flash, let’s get back to what I was doing in Shanghai.

After pruning the pines and podocarpus penjing, I started wiring some Pinus, Podocarpus and Juniperus as well.

I also studied multiple tree penjing creation. This was very, very fun. Pot selection, tree selection, accent rock selection and finally figurine selection… this usually ended up with the laid back chinese fellow drinking wine on a boulder by the road or the kid wipping his cow to pasture. You figurine geeks will know witch ones I’m talking about. All these items help express the artist’s Yijing.

Then 3 days before starting my rock penjing training, I learnt the Shanghai deciduous pruning techniques. I had already seen some of this in Montreal, so by the second day I was pruning on my own with my master peeking over my shoulder from time to time and making helpful comments on how to make the bonsai more beautiful.

By then, it was about the season to be joly, and although I was spending Christmas in Shanghai alone, I really was joly. Chinese people don’t celebrate Christmas, but they do like to decorate it. I also got a very special gift that Christmas, witch will be the subject of  a next post.

On to rock penjing, and landscape penjing… Wow this is something I am definitely very greatfull for. And every aspiring bonsai  professional should learn some of this. It’s a different medium, more things to think about, or rather the same, but… it seems like more since it’s not alive and you get to concentrate solely on esthetics. Rhythm, height, depth, texture, movement (flow), parallels, Yijing, Fuying, Shu and Xu, strong or feminine, soft or chaotic, etc… These are all esthetic concepts, but in rock penjing you don’t need to worry about the medium beeing alive, you carve it and … this should be another post! haha! Esthetic sensibility grows increadibily fast in this instance.

From November 1st to January 12th, I called Shanghai “home”, and it really was. I cannot wait to go back. I made lots of friends, eat really good food, and lived a hole bunch of beautiful events I can talk about for the rest of my life… like that one time a honey-voiced lady called me at 3h30 am asking:  …” ghadfkeghsd”…. “dgjndnsfkg”…  “Ma-sa-jy”???

I hope you enjoyed my Shanghai story.

Matt

__________________________________________

Shanghai, Shanghai, Shanghai.

Si memorable.

Je n’avais jamais été dans une mégapole avant, c’était une expérience tout à fait nouvelle  pour moi. Je vivais dans un motel à peut-être à 15 minutes à pied du Jardin Botanique de Shanghai. En pensant à ce sujet aujourd’hui, je suis surpris de dire que la marche au travail était excitante, chaque matin. Le travail l’était aussi à chaque matin aussi … Je prenais le petit déjeuner sur le chemin du travail et habituellement, c’était des dumplings frits ou du pain style naan. En arrivant au jardin, j’entrais par l’entrée 3 et si j’étais chanceux, il y avait des gens avec un camion dans le jardin et ils vendaient un certain type de clémentines délicieuses. Un sac de 5 livres pour 5 yuans (c’est moins d’un dollar US ou CDN). Ensuite, ce fut une belle marche de 15 minutes jusqu’au jardin des penjings où je rencontrais mon maître, nous buvions du thé et commencions le travail.

Quel était le travail …?

Les 3 premières semaines, je taillais des pins blancs et des podocarpus. Ceci était en Novembre, et 8 jours après mon arrivée,  j’ai fêté mon 30ème anniversaire. La température du mois de novembre m’a rappelé la mi ou la fin septembre à Montréal. Les aiguilles des Pinus parviflora commencaient à jaunir et chuter. Nous nettoyions les aiguilles mortes et les pousses de pins excédant la silhouette étaient taillées. Tout ce qui était trop dense receva aussi un coups de ciseaux . L’objectif, lors de cette opération, est de permettre à la lumière du soleil et de l’air de percer la canopée. La lumière du soleil sert à la photosynthèse et au bourgeonnement arrière. L’air sert pour les échanges de CO2 et aide à la prevention de maladies. Sans ceux-ci, les petites branches interieurs peuvent mourir. Donc, la prévention est un “must”, car ces bourgeons et ces petites branches intérieures sont ce qui nous aide à garder nos bonsaï serrés et compacts. Il s’agit de futures branches. Si vous ne le faites pas, vos arbres ont tendance à croître et les proportions ne sont plus plaisantes à l’oeil. J’ai des photos de cela (je pense) et plus tard je vais faire un post spécial sur le travail de pin l’automne à Shanghai. L’autre chose que nous avons faite a été de redéfinir l’espace vide entre les plateaux de feuillage … c’est aussi très important.

Tandis que ce post est un genre de flash nouvelles, revenons à ce que je faisais à Shanghai.

Après l’élagage des penjing de Pinus et de Podocarpus, j’ai commencé la ligature de ces deux espece ainsi que quelques Juniperus .

J’ai également étudié la création de plusieurs penjing à arbres multiples. Ce fût très, très amusant. Sélection de pots, sélection d’arbres, sélection de roches compagnes  et finalement la selection de figurines … habituellement je finissais par choisir le “lettré” décontracté qui buvait du vin assit sur un rocher près du sentier. Le gamin fouettant sa vache au pâturage fut quelques apparitions aussi. Les geeks de figurines, vous savez desquelles je parle! Tous ces éléments aident à exprimer l’Yijing de l’artiste.

Puis 3 jours avant de commencer ma formation de penjing de roche,  j’ai appris les techniques de taille de Shanghai des arbres caduques. J’avais déjà vu une partie de cette theorie à Montréal, alors le deuxième jour, je taillais seul, sûr de moi-même, avec mon maître qui surveillait, par dessu mon épaule, de temps en temps , la qualité de mon ouvrage. De temps en temps, il émetait quelques commentaires utiles sur la façon de faire du bonsaï un plus bel oeuvre.

À ce moment, il s’agissait d’une période de l’année tant attendu des occidentaux… C’était bel et bien Noël… seul à Shanghai. Par contre, j’étais telement occupé que j’ai failli oublié de souhaiter un joyeux noël et bonne année à ma famille, donc ce n’était pas la fin du monde! Ce fût drôle par contre, car les Chinois ne célèbrent pas Noël, mais on m’a expliqué qu’ils commencent à vraiment aimer décorer. Donc je marchais dans les rues, et voilà, j’aperçu un salon de coiffure entièrement décorée avec 8 milles lutins à l’intérieur! J’ai aussi reçu un cadeau très spécial d’une amie ici, ce devrait être le sujet d’un prochain post.

Ensuite, ce fût l’étude des penjings de roches et de penjings de paysages … Ce fût vraiment enrichissant, je suis très reconnaissant de cette expérience. Chaque professionnel du bonsaï devrait apprendre un peu a propos de ce sujet. Il s’agit d’un medium différent. Il semble avoir plus de détails auxquels on peut penser, ou plutôt ce sont les mêmes, par contre les roches ne sont pas vivantes donc vous pouvez plus vous concentrer uniquement sur l’esthétique. Le rythme, la hauteur, la profondeur, la texture, le mouvement (flux), les parallèles, Yijing, Fuying, Shu et Xu, fort ou féminin, doux ou chaotique, etc .. Ce sont tous des concepts esthétiques que l’on applique ( ou que l’on devrait appliquer) dans le penjing. Vous n’avez pas besoin de vous inquiéter, puisque le médium n’est pas vivant, vous le découper et … ceci devrait être un autre affichichage de blogue! haha!  Tout ca pour dire que la sensibilité esthétique se développe rapidement en ces instants.

Du 1er Novembre au 12 Janvier, j’ai appelé Shanghai “mon chez-moi”, et il l’était vraiment. Je suis excité d’y retourné dans le futur. Je me suis fait beaucoup d’amis, la qualité de la nourriture était remarquable et j’ai vécu une panoplie de bels événements que je pourrai raconter à mes petits enfants lorsque je serais vieux et sénile … Par exemple, l’histoire  où une dame à la voix mielleuse m’a appelé à 3h30 du matin me demandant: … “ghadfkeghsd” …. “Dgjndnsfkg” … “Ma-sa-je”???

J’espère que vous avez apprécié mon histoire a Shanghai!

Matt

  IMG_1214
 Zhao shifu and I cutting one of the numerous pines — Mon maitre, Zhao, et moi taillant un des numéreux pins
IMG_1212
 This was an average size penjing — Un penjing de taille moyenne
 Carved far view rock penjing 1- before 004
An example of the type of rock we used to sculpt — Un example de roche à sculpter
Carved far view rock penjing 1- before 008
 An other — Un autre
carved far view penjing after 001
 Here is the result — Voici le resultat
Shanghai-2 070
Shanghai ep 300
 shanghai-  Aire d'expo 018
 shanghai-  Aire d'expo 026
 More pines — D’autres pins
 shanghai-  Aire d'expo 028
 shanghai-  Aire d'expo 029
The sign says 120 years old. Zhao restyled this tree with his master some time ago and one a first prize  — Cette pancarte dit que l’arbre a 120 ans. Zhao a restylizé cet arbre avec son maître et ils ont gagné un premier prix
Shanghai-2 017

Shanghai-2 092

 Fraxinus hupehensis
 

Little larch — Petit Larix

Larix x eurolepis, a cross between the japanese and european larch. This is a tree I showed at our local club’s annual show. It’s been in my care for 2 years, and normally I wouldn’t show trees like this other than the fact that when you’ve been doing bonsai for 4 years you can get away with being a beginner. Seeing the evolution of the tree and myself as a bonsai artisan is one of the reasons why I showed this tree and I can’t wait to see it in 20 years. Nothing fancy about it, it used to be your ordinary prebonsai that was left on a bench and neglected.

Here are before and after photos.

__________________________________________

Larix x eurolepis, un croisement entre le mélèze japonais et européen. Il s’agit d’un arbre, que j’ai entré dans l’exposition annuelle du club local. Il est avec moi depuis 2 ans, et normalement je n’exposerais pas d’arbres comme celui-ci autre que le fait que lorsque vous avez fait du bonsaï que pendant 4 ans, vous pouvez vous en sortir comme débutant. L’autre raison est que j’espère pouvoir montrer le progrès de l’arbre ainsi que le mien. C’est un arbre que j’ai hâte de voir dans 20 ans. Rien d’extraordinaire à ce sujet, il était l’habituel prébonsai ordinaire qui a été laissé sur un banc et négligé.

Voici des photos d’avant et d’après.

When i was given the plant — Lorsque l’on m’a donné le plant

At our local show in September — À L’exposition de la SBPM en Septembre

Jo’s pine — Le pin de Jo

Pinus banksiana (Jack pine), approximately 80-90 years oldKabudachi style if we are talking Bonsai, forest style if we are talking Penjing.

Picked from the wild in may of 2007 (I need to confirm with Jo), acquired spring of 2012. It was really healthy. Styled at the end of August since it was healthy and didn’t need any major bending.

I don’t have too much experience with Jack pines,  but to me, they have this very wild look to them, with beautiful bark and nice deadwood. They grow well in Québec, and they are one of the few very, very good Yamadori or indigenous trees we can find in our neck of the woods. These, in my opinion, can make world class Bonsai.

I got my pine from my friend because he is downsizing and keeping only his best or most cherished trees. Jo’s pine was difficult to style because picking a front was (still is) hard. Here it is before and after, sorry for the lack of neutral background.

Next step is to let it grow, push the foliage back in and simplify the design.

__________________________________________

Pinus banksiana (pin gris), approximativement 80-90 ans, le style Kabudachi si nous parlons Bonsai, style forêt si nous parlons de Penjing.

Cueilli dans la nature en mai 2007, (j’ai besoin de confirmer avec Jo), acquis au printemps de 2012. Il a été stylisé à la fin du mois d’août 2012, car il était en bonne santé et  il n’avait pas besoin de pliure extrême.

Je n’ai pas trop d’expérience avec les pins gris, mais pour moi, ils ont ce look très sauvage, avec une apparence vaporeuse qui semble dur à recréer en Bonsai. Ils ont une belle écorce et leur bois mort, est très agréable. Ils poussent bien au Québec, et ils font partis des très rares Yamadori indigènes que nous pouvons trouver dans notre coin de pays. Ceux-ci, à mon avis, peuvent faire des Bonsai de classe mondiale.

J’ai acquis ce pin de mon ami parce qu’il diminuait la quantité de spécimen de sa collection pour  ne garder que ses meilleurs arbres. Le pin de Jo était difficile à transformer puisque le devant  était (est encore) difficile à choisir. Le voici avant et après, désolé pour le manque de fond neutre.

Je vais le laisser pousser pour ainsi rapprocher le feuillage et le simplifier.

Front  — Un devant

Left side vue and thick primary root — Vue de gauche avec une grosse racine disgracieuse

Right side view with bad nebari — Vue de droite avec un manque total de nébari

Back, with a trunk heading straight towards viewer — Vue de derrière avec un tronc qui va directement vers le spectateur

Possible front, after wireing — Devant possible, après la ligature

Another possible front — Un autre devant possible

Bark detail — Écorce magnifique

Bark detail — Écorce magnifique